Aaltra

aaltra

Aaltra (France, 2004), un film de Benoît Delépine et Gustave Kervern avec Benoît Delépine, Gustave Kervern et Jan Bucquoy. Durée : 1h33. Sortie France : 13 octobre 2004. Produit par La Parti Productions et distribué par Ad Vitam.

Aaltra fait partie de ces pépites grinçantes et géniales du même type que C’est arrivé près de chez vous – avec lequel le titre partage un noir et blanc de très basse qualité. Benoît Delépine et Gustave Kervern sont au plus bas en termes de budget mais bien au sommet de leur forme, ce que confirmera Le grand soir en 2011 – qui se révèle assez décevant par comparaison. Aaltra suit un duo absurde, deux hommes paumés quelque part dans le Nord et qui se détestent mutuellement. L’un est agriculteur, l’autre travaille dans un bureau quelque part. Un jour celui joué par Delépine se fait virer en arrivant en retard au boulot, bloqué sur la route par le tracteur qui se traîne devant lui. Il décide de casser la gueule à l’autre pour se venger et voilà qu’un accident de moissonneuse batteuse leur broie les jambes à tous les deux. Les voilà en chaises roulantes à partir vers la Norvège pour porter plainte contre Aaltra, l’entreprise qui a fabriqué le matériel défectueux. Haineux, sans argent, ils vont pourrir la vie des gens autour d’eux sur leur chemin : une famille d’allemands accueillants qu’ils squattent jusqu’à l’indécence, un coureur moto dont ils piquent la bécane, Poelvoorde qui fait une brève apparition en père de famille qui se fait contredire devant son fils, jusqu’à la vieille qui se fait piquer son fauteuil électrique. Une scène est particulièrement géniale : celle de la chanson dans un bar norvégien, improvisée pendant le tournage avec de vrais pensionnaires en figurants, qui s’étire à n’en plus finir et devient de plus en plus absurde et gênante. L’Aaltra de la fin est à l’image de ce vers quoi tend le scénario : un horizon mort, une blague géniale et un peu sinistre.

Laisser un commentaire