Buffet froid

buffet-froid

Buffet froid (France, 1979), un film de Bertrand Blier avec Gérard Depardieu, Bernard Blier et Jean Carmet. Durée : 1h35. Produit par Antenne 2 et distribué par UGC.

Un film vraiment sympa de Blier fils, qui met en scène son père et un Depardieu très en forme, dans une histoire policière qui part dans tous les sens. L’action est campée dans un Paris désert, où les personnages sont en permanence quasi seuls. Depardieu vit dans une tour encore en construction, qui se peuple à un rythme très lent. Il sera rejoint par un flic (Blier), un autre voisin, et une femme. Tous sont pris dans des situations absurdes où des meurtres arrivent toutes les cinq minutes, et où les innocents se font accuser à tours de bras. L’enquête patine au point de perdre complètement son sens, pour mieux laisser la place aux dialogues absurdes et géniaux que Blier sait si bien écrire.

Buffet Froid marque une rupture fondamentale dans l’œuvre et les thématiques abordées par Bertrand Blier. Au ton audacieux et enlevé emprunt d’une certaine poésie des débuts succède ici la thématique de la solitude et de l’incommunicabilité. Les personnages insouciants et révoltés (Les Valseuses) laissent place à des personnages plus torturés et prolixes en paroles. Ce qui paraissait à la fois plus léger et bouillonnant dans son cinéma du milieu des années 70 tranche radicalement avec un ton plus sombre, plus pessimiste, mais aussi peut-être davantage axé sur l’humain, en phase avec la description d’une époque qui passe des chimères et des utopies à une réalité plus tranchante et réaliste. Les héros ne rêvent plus, l’industrialisation l’a emporté. Blier provoque toujours, mais la provocation n’a plus la même résonance. D’où un Buffet Froid glacial dans son propos. Symbole de cette nouvelle ère de construction et de chantier économique et industriel, l’émergence de ces tours immenses et anonymes, dans lesquelles s’engouffrent les populations. Le début des années 80 sera marquée en France par la construction de ces enceintes qu’on appellera plus tard quartiers sensibles. Le chantier était énorme, et Buffet Froid, avec son ambiance taciturne, l’évoque avec toute la pertinence et la justesse de regard dont Blier a toujours su faire preuve, mais là encore sans doute davantage. — DVD Classik

Laisser un commentaire