C’est eux les chiens

eux-les-chiens

C’est eux les chiens (Maroc, 2013), un film de Hicham Lasri avec Hassan Badida, Yahya El Fouandi et Imad Fijjaj. Durée : 1h25. Sortie France : 5 février 2014, produit par Nabil Ayouch et distribué par Nour Films.

C’est eux les chiens s’inspire des « émeutes du pain » survenues à Casablanca dans les années 80, qui ont donné lieu à des arrestations massives par le régime d’Hassan II et à des disparitions complètes de la circulation de plusieurs milliers de personnes. Trente ans plus tard, Hicham Lasri met en scène le retour à la vie civile de l’un d’entre eux, Majhoul, qui erre à la recherche de sa femme et de ses enfants en plein printemps arabe (le thème est amené dès le début par une manifestation dans la rue, et un plan fascinant sur l’intérieur d’un porte-voix). Il fait la rencontre d’une équipe de télévision qui cherche des passants à interviewer, et va finir par l’accompagner dans sa recherche en filmant tout caméra à la main.

Le film a été tourné en 3 semaines, dans l’urgence. Le montage est lui aussi très nerveux, et tire parti du point de vue subjectif pour détourner les images de la « révolution mobile » : la caméra passe de mains en mains, est même dérobée un court moment au détour d’une rue. L’image est de plus très nette, la lumière très crue, et le son coupe régulièrement à cause des piles du micro qui lâche : on est loin des objectifs américains à la Cloverfield puisqu’il s’agit ici de traduire l’ambiance d’amateurisme complet, le chaos des rues de Casablanca, et la capacité des médias à digérer et annuler toute la portée politique des événements en cours. Hassan Badida est génial en vieux qui rayonne d’amour pour ses proches mais qui perd quand même un peu la boule. Ayant vécu plus longtemps prisonnier que libre, il a oublié jusqu’à son nom et ne se souvient que de son matricule (404, peut-être un clin d’oeil à l’erreur du même nom).

Le film se conclue sur un message ambivalent d’espoir, quand le vieux rencontre son neveu qui sort à son tour de prison, et de résignation déçue puisqu’il est à nouveau pris en otage des médias qui résument son histoire à 3 minutes d’antenne, et s’en servent pour faire passer l’opération séduction du régime qui fait mine de tout changer pour mieux rester le même.

Laisser un commentaire