Comme un avion

comme-un-avion

Comme un avion (France, 2015), un film de Bruno Podalydès avec Bruno Podalydès, Agnès Jaoui, Sandrine Kiberlain et Vilama Pons. Durée : 1h45. Sortie France : 10 juin 2015. Produit par Why Not et distribué par UGC.

Une comédie très sympathique, où pour une fois Bruno Podalydès prend le pas sur son frère Denis. Il travaille un personnage décalé et drôle qui s’ennuie dans l’univers du numérique (il est designer 3D, ou quelque chose comme ça), qui malgré une femme aimante ne rêve que de voyage, et assume franchement son caractère hédoniste et franchouillard. Le départ, le voyage en terre inconnue pour mieux revenir chez soi est le grand sujet de Bruno Podalydès (on le trouvait déjà dans Liberté Oléron), qu’il traite ici à la manière d’une fable heureuse. Deux chansons bien choisies (Vénus de Bashung, Donne du rhum à ton homme et Le Temps de vivre de Moustaki) accompagnent le film dans cette rêverie sans enjeux mais bien menée. Aurélien Ferenczi pour Télérama :

Puisqu’il s’agit d’une mini-Odyssée, notre Ulysse a sa Pénélope — Sandrine Kiberlain, lumineuse —, épouse compréhensive qui accepte le caprice comme on l’accepterait d’un grand malade ou d’un enfant. Et sur son chemin surgit Circé : elle a les traits plantureux d’une patronne de guinguette (jouée par une Agnès Jaoui libérée et facétieuse) et on ne peut lui échapper. Commencé par une sieste, poursuivi au rythme de l’escargot (de rivière), le périple s’immobilise : quoi que le voyageur tente, le destin le ramène sans cesse au bizarre havre de paix et de pure jouissance, où les femmes sont douces et l’alcool coule en abondance… Comme dans un conte, puisque cette échappée belle tient aussi du retour à l’enfance, avec le Manuel des Castors juniors comme guide, le kayakiste est victime d’un sort qui le scotche à une dolce vita champêtre et arrosée. On aimerait en connaître l’adresse.

 

Laisser un commentaire