French Connection

French Connection

The French Connection (1972), un film de William Friedkin avec Gene Hackman, Roy Scheider, Tony Lo Bianco. Durée : 1h44. Reprise France : 19 août 2015. Produit par 20th Century Fox et distribué par Capricci.

Sorti deux ans avant L’exorcisteFrench Connection est un film brut de décoffrage où s’affirme pleinement le style de Friedkin. On y suit deux policiers de la brigade des stups, Doyle et Russo, qui se mettent à filer un type qu’ils soupçonnent de faire passer de l’héroïne aux Etats-Unis. En suivant sa piste ils se mettent sur la trace de la célèbre « French Connection », qui a pris toute son ampleur dans les années 70 où des dizaines de tonnes de produit étaient envoyés depuis le sud de la France chaque année. Le film fait preuve d’un vrai souci du réalisme, avec à plusieurs reprises la mise en scène des indicateurs, des filatures minables, des camés et des livraisons de la marchandise dans des boîtes de nuit. Les deux personnages d’enquêteurs sont loin d’être exempts de défauts ; sans tomber dans le cliché du flic véreux ou en perdition façon Bad lieutenant, Gene Hackman et Roy Scheider composent des personnalités dures, solitaires, habitées par la violence et toujours au bord de la bavure. Le souvenir de la mort de son partenaire précédent fonctionne pour Gene Hackman comme une menace qui plane sur sa manière de travailler et de vivre son rôle de policier. Le film vaut aussi d’être vu ne serait-ce que pour sa fameuse course en voiture à travers un Manhattan bordélique et sale, pour rattraper un wagon de métro pris en otage ; la scène est un chef d’oeuvre de montage et de nervosité. Le personnage joué par Marcel Bozzuffi y fait un très bon écho à celui de Hackman, dont il constitue un pendant sans scrupule à l’absence de morale héritée de la mafia du sud de la France.

Friedkin lui-même est un personnage fascinant du cinéma américain. Self-made man, il a commencé sa carrière dans la télé à Chicago avant de réaliser plusieurs documentaires. The French Connection marque la réalisation de son rêve de devenir véritablement réalisateur ; c’est le titre qui le porte pour la première fois au sommet du box office. Un article du site Rockyrama résume sa carrière, et Objectif Cinéma a composé un dossier intéressant sur son parcours et sa méthode de travail.

Laisser un commentaire