Gorge Coeur Ventre

gorge-coeur-ventre

Gorge Cœur Ventre (France, 2016) un film de Maud Alpi avec Dimitri Buchenet, Boston et Virgile Hanrot. Durée : 1h30. Produit par Mezzanine Films et distribué par Shellac.

Un premier film très réussi, qui se déroule dans un abattoir de bovins, quelque part en France. Le parti pris du film est de ne pas se focaliser sur les gens qui y travaillent mais sur les animaux. Le film, presque un documentaire, suit un jeune homme qui travaille là quelques temps en attendant de pouvoir toucher le chômage et reprendre sur la route. Il est constamment accompagné de son chien, qui vit avec lui le traumatisme de voir la souffrance animale au quotidien. Les deux vivent ensemble dans une maison abandonnée, livrés à eux-mêmes et hors du monde. Les autres travailleurs de l’abattoir n’apparaissent que très brièvement, la plupart du temps ils sont seuls face aux bêtes qui refusent de se laisser mener à la mort. Le film est porté par la photographie magnifique de Jonathan Ricquebourg, qui travaille le noir comme une matière épaisse et tire des plans magnifiques sur le visage des animaux, leur corps réduits à rien, leur souffrance qui reste complètement vaine. Quand une vache met bas dans l’abattoir, elle se fait tuer juste après et le nouveau né avec elle, car aucun animal ne sort jamais vivant de l’usine. Bien sûr le sujet rappelle forcément les images volées dans les abattoirs français que L214 a forcé à sortir au grand jour, et Gorge Coeur Ventre se pose clairement comme un « film anti-speciste » ; pour autant il ne se transforme pas en réquisitoire lourdingue ou en compilation d’images sordides.

Laisser un commentaire