Irrational man

Irrational-man

Irrational Man (États-Unis, 2015), un film de Woody Allen avec Joaquin Phoenix, Emma Stone et Parker Posey. Durée : 1h36. Sortie France : 14 octobre 2015. Produit par Gravier Productions et distribué par Mars.

Film indigent dans lequel Allen fait du recyclage du début à la fin, et prouve une bonne fois pour toutes qu’il ne sait plus écrire de dialogues. Faire aussi mauvais avec un casting pareil c’est du pur gâchis. Murielle Joudet pour Chronicart, même si je ne suis pas d’accord pour Blue Jasmine :

Si le cinéma de Woody Allen a toujours été intimement travaillé par le gros trait psychologique voire la caricature, il atteint ici une limite peu excusable qui, à l’instar de Blue Jasmine, donne l’impression de voir un film complètement désinvesti, inhabité, qui ne fait que jongler froidement avec une série d’ingrédients convenus. La faute au personnage d’Abe Lucas, qui est mal esquissé et ressemble à la photocopie d’une photocopie d’un héros allenien, pure figure de papier que le génie Phoenix n’arrive pas à animer. De l’idée du meurtre à l’absence de culpabilité, les idées ont du mal à s’incarner et en restent à l’état de dissertation philosophique illustrée. Si ses derniers films n’étaient pas sans qualités, la productivité soutenue d’Allen peine de plus en plus à masquer un réel désinvestissement à l’écriture, et l’évidence d’une paresse dépressive difficilement masquée par le confort de vieilles recettes. Il n’y a qu’à voir le sort auquel le film condamne ses acteurs : Joaquin Phoenix et Parker Posey s’y retrouvent privés de cette cinégénie folle qui les rend d’ordinaire si désirables, parce qu’ils sont filmés par un vieux réalisateur qui semble passé à autre chose.

Laisser un commentaire