Les Oiseaux-Tonnerre

les-oiseaux-tonnerre

Les Oiseaux-Tonnerre (France, 2014), un film de Léa Mysius avec Corentin Cochet, Valentine Cadic et Anna Jacob. Durée : 23 mn. Produit par La Fémis.

Télérama / Clermont n°3. Le scénario des Oiseaux-Tonnerre traite avec finesse la relation fusionnelle entre un frère et sa soeur, qui chassent ensemble des alouettes près de chez eux (ce qui donne une scène assez gratuite de violence animale, mais la mention « trucage alouettes » au générique laisse espérer que les oiseaux n’ont pas été vraiment explosés pour les besoins de la production). La soeur Léonor est handicapé, elle boîte. Son frère, on l’apprendra plus tard, en est à l’origine ; il essaye de sortir de sa culpabilité en même temps que de sa relation trop forte à sa soeur, et saisit pour ça l’occasion d’une rencontre avec une jeune femme nouvelle dans les environs. Quand il la croise pour la deuxième fois par hasard il l’entraîne dans une escapade au bord de l’océan, avec un air trop sérieux pour son âge : à quinze ans le voilà en train de la draguer face à un plat d’huîtres, tandis que sa soeur se morfond à la maison. Les plans sur la mer et la campagne environnante sont très beaux ; la photographie qui fait contraster la peau très blanche des acteurs avec des paysages à la verdure foisonnante donne l’impression de suivre des être sauvages livrés à eux-mêmes. Le travail sur le son est aussi bien fait, et la seconde partie du film s’appuie dessus pour traduire l’angoisse que la relation frère-soeur ne parte dans une mauvaise direction, en saturant l’espace d’aboiements et de bruits de tonerre. Impressionnant de maîtrise technique, Les Oiseaux-Tonnerre (dont le titre serait une référence à une créature amérindienne, sorte de dérivé du Condor des Andes) donne envie de voir le long que prépare Léa Mysius, Ava, qui comme de bien entendu reprend exactement les mêmes thèmes : une fille au bord de l’océan qui perd la vie et décide de ne pas le dire à sa famille.

Laisser un commentaire