Lolo

Lolo

Lolo (France, 2015), un film de Julie Delpy avec Dany Boon, Julie Delpy et Vincent Lacoste. Durée : 1h39. Sortie France : 28 octobre 2015. Produit par The Film et distribué par Mars.

Une bonne grosse comédie qui tache, pour le retour de Julie Delpy à la réalisation après 2 days in New York (déjà moins bien que 2 days in Paris). Le résultat est vraiment loin du niveau de la trilogie des Before, et il faut dire que le casting n’y est pas pour rien : Dany Boon et Vincent Lacoste, ne manquait plus que Kev Adams pour que le film fasse son carton sans l’ombre d’un scénario. Dany Boon n’a pas changé, son jeu est exactement le même que du temps des Ch’tis, d’ailleurs son rôle n’est pas si éloigné de l’esprit : il joue un provincial dragouilleur amateur de barbecue qui se fait traîner à Paris par Julie Delpy, « DA » d’un magazine de mode tombée amoureuse de lui, et dont il rencontre le fils, ado tyrannique à l’Oedipe gros comme une maison, qui s’oppose à tous les amants de passage. Vincent Lacoste, car c’est lui, n’a pas changé non plus depuis Les beaux gosses. On sent que ça patine et que le rôle lui colle à la peau, il faut dire que physiquement il a toujours l’air d’avoir 15 ans.

La première moitié du film est assez libre dans l’écriture des dialogues, c’est plutôt bien ; on voit d’ailleurs apparaître de manière très fugace Chantal Lauby des Nuls, même si elle a un rôle minuscule. Boon arrive à décoller un peu de son rôle d’idiot du village, et se révèle un personnage plus fin qu’attendu. Mais l’histoire finit par se bloquer sur une suite de gags où Vincent Lacoste tend des petits piège à son beau-père, ça devient assez lourdingue, on ne rit plus beaucoup.

Laisser un commentaire