Mia Madre

mia madre

Mia madre (Italie, 2015), un film de Nanni Moretti avec Margherita Buy, John Turturro et Giulia Lazzarini. Durée : 1h47. Sortie France : 2 décembre 2015. Produit par Sacher Film et distribué par Le Pacte.

Je ne connais pas bien les films de Moretti, je n’ai vu que Habemus Papam en 2011. Mia madre est un bon film mais qui ne semble pas trop savoir où il veut aller. Margherita Buy, qui est une sorte d’incarnation du réalisateur (à qui elle donne d’ailleurs la réplique), y joue un personnage torturé de réalisatrice italienne qui tente de faire un film autour d’un conflit social dans une usine. Sa mère pendant ce temps se meurt à petit feu dans un hôpital, plus affaiblie à chaque visite que sa fille et sa petite-fille lui rendent et où elles discutent des cours de latin, de l’état du tournage, en évitant d’aborder le sujet de la mort qui rôde. Moretti lui-même joue le frère de la réalisatrice, qui la voit de temps en temps mais reste assez mutique, au point de ne presque pas exister comme personnage. Sur le tournage, Turturro joue une vedette américaine capricieuse qui ne comprend rien à son sujet (il est au milieu des grévistes comme une poule ayant trouvé un couteau alors qu’il doit jouer un patron hors de lui), ne sait presque plus parler italien, et surtout oublie toutes ses répliques.

Le scénario s’éparpille entre la folie qui guette Margherita (illustrée par des hallucination récurrentes où par exemple l’eau envahit son appartement, ou par ses relations déplorables avec son entourage comme son ex qui lui dit ses quatre vérités), la relation avec la mère dont la mort met du temps à arriver (et qui n’est en fin de compte pas tellement touchante), et le comique de situation que Turturro fait naître dans les scènes sur le plateau. Entre ces différents objectifs, qui pourraient constituer autant de trames autonomes et intéressantes, Moretti ne tranche jamais vraiment. Mia madre est du coup un peu faible sans être mauvais, un trait plus français qu’italien.

Laisser un commentaire