Pin Up

pin up

Pin Up (France, 2012), un film de François Gallou avec Marianne Chargois, Martin Tronquart, Deborah Grall. Durée : 30mn. Produit par VO Films.

Film diffusé sur le site d’Arte avec une restriction qui fait très télé-à-papa : même en replay, il n’est disponible qu’entre 23h et 5h. L’histoire se passe dans un club de strip-tease un peu glauque, pas franchement haut de gamme, où une jeune femme fait des « shows » aux hommes de passage. Le soir elle prend un taxi, toujours le même, qui la ramène chez elle et lui fait la conversation. Marianne Chargois est convaincante dans son rôle, probablement parce qu’elle a réellement exercé le métier (et aussi celui d’assistante sexuelle pendant un an). La lumière et l’image sont bien travaillés : l’axe caméra est souvent décalé pour donner des points de vue étranges sur le corps, et toujours inclure celui du voyeur derrière. En revanche les dialogues sont maladroits, et l’histoire piétine. Là où le film est efficace c’est dans sa manière d’illustrer l’attitude des hommes face à elle, qui essaye toujours péniblement de les mettre à l’aise et de créer une relation de confiance. Frustrés, mutiques et incapable de prendre la parole, les clients lui opposent une indifférence à l’échange et ne pense qu’à leur pauvre jouissance. En ce sens Pin Up fait écho au récent documentaire de l’émission de France Culture Sur les docks intitulée « Femme-objet, femme qui se libère », où des témoignages de femmes évoquent leur difficulté à exiger que leurs désirs soient écoutés.

Laisser un commentaire