Réveil dans la terreur

wake-in-fright

Wake in fright ou The Outback (Australie, 1971), un film de Ted Kotcheff avec Donald Pleasence, Gary Bond et Chips Rafferty. Durée : 1h54. Reprise France : 3 décembre 2014. Produit par NLT Productions et distribué par La Rabbia / Le Pacte.

Après les Nains de Herzog, un autre film où les scènes de déchaînement de violence sont légion, cette fois-ci dans l’arrière pays australien. Wake in fright est film poisseux, où la sueur et la bière dégoulinent partout sous un soleil de plomb – un peu comme dans Massacre à la tronçonneuse. On suit un instituteur de province qui décide de partir pour Sidney pour se changer les idées et qui débarque par hasard, en train, au bout du monde dans une petite ville perdue où les seules occupations sont de perdre son argent à un jeu idiot (on mise sur pile ou face, on gagne ou on perd immédiatement) ou de perdre la tête en buvant des bières cul sec. En l’espace de quelques jours il a perdu toute dignité, a jeté ses livres et s’est laissé entraîné par des locaux trop accueillants qui compensent ses pertes au jeu en lui payant des coups, à manger et des cigarettes. Un groupe d’alcooliques, ses nouveaux amis, l’entraînent dans une escalade de violence dont le paroxysme prend la forme de deux scènes terribles de chasse au kangourou : une première en plein jour où la voiture et un chien poursuivent l’animal à un rythme démentiel, une deuxième en pleine nuit où les kangourous, fascinés par la lueur des phares, se laissent abattre sans essayer de fuir. La violence de cette dernière scène, qui inclut aussi deux meurtre d’animal au corps à corps, est si crue que le réalisateur a tenu à faire une déclaration sur la manière dont les choses ont été faites :

Well, when I was faced with the kangaroo hunt in WAKE IN FRIGHT, a climactic scene demonstrating the depths to which the school teacher had sunk, I was totally perplexed about what to do. Then, hearing of my dilemma, a member of the crew approached and informed me that every night, hundreds of kangaroos are slaughtered in the outback. Huge refrigerator transport trucks stand by as 6 or 8 pairs of hunters go off in different directions in stake trucks in search of kangaroos. As in the film, they use a spotlight on top of their cabin controlled by them inside. The spotlight hypnotizes the kangaroos, freezing them, making them easy targets. After killing a dozen or so, they skin them and return to the refrigerator truck where the carcasses are immediately stored in the cold. Then the hunters go back out in pursuit of more animals. Why do they kill the kangaroos? What do they do with them? The skins are valuable as they are used to make those cuddly animals dolls, like koala bears, for your children. The carcasses are shipped to the pet food industry in Australia and North America. Think about that next time you feed your cat or dog! So, one night, I mounted a camera on the back of one of these stake trucks and went out with a pair of hunters. I made it clear to the hunters that they should do nothing out of the ordinary for me and just go about their grisly business as they did every night. This was how I got the hunt footage for my film. Repellent as some of the footage was that I obtained and used in my film, it was the least upsetting of what I shot. I did not use 75% of what I filmed that night as it was too bloody and horrifying. The Royal Australian Society for the Prevention of Cruelty to Animals kept urging me to use this footage because they wanted Australians and the world to see what was being done to the kangaroos in the outback, the wholesale slaughter and carnage being committed every night. But I used only the mildest of the documentary footage that I shot. I also used visual tricks like zooming into a close-up of a kangaroo: it would jump out of the frame leading you to think it had been struck by a bullet when, of course, it hadn’t.

Le film a eu une existence mouvementée, puisque la copie d’origine a disparu pendant près de 20 ans, avant d’être retrouvée dans une usine à Pittsburg où elle devait être détruite une semaine plus tard. Après une longue restauration il est récemment ressorti en salles. La bande originale est aussi très bien.

Laisser un commentaire