Swagger

swagger

Swagger (France, 2016), un film d’Olivier Babinet avec Aïssatou Dia, Mariyama Diallo et Abou Fofana. Durée : 1h24. Sortie France : 16 novembre 2016. Produit par Kidam et distribué par Rezo Films.

Fidèle à la pauvreté bien intentionnée de son pitch (donner la parole à des jeunes de banlieue « par delà les clichés »), Swagger passe pourtant son temps à essayer d’y échapper par des innovations formelles : gros plans hyper lisses sur les visages, ralentis, morceaux de RnB, petites chorégraphies… on a même droit à de la CGI pour évoquer une vision paranoïaque où la banlieue serait contrôlée à distance par des drones du gouvernement. Pourtant en dépit de cette débauche de fantaisie le film ne décolle pas dans son propos, et nous ressert les clichés qu’il prétend combattre en égrenant les questions les plus banales sur les banlieues : le rapport au bled, à la religion, au deal de drogues, etc. Certains portraits, dont celui de Régis que présente la bande annonce, sont assez réussis, mais sur la dizaine de gamins présentés à peine trois sont intéressants. Le montage de leurs monologues est assez étrange puisqu’il les rapproche entre eux de manière artificielle, en montrant l’un d’eux qui se marre tandis que l’autre raconte en voix off une anecdote drôle mais sans rapport, comme s’il fallait tisser des liens entre eux par le montage parce qu’ils n’avaient pas réussi à les faire parler les un des autres. Par dessus ça la bande son de Jean-Benoît Dunckel (du groupe Air), pompée sur les nappes de synthés de Para One dans les films Céline Sciamma, renforce l’impression que tous les « films de banlieue » sont condamnés à se ressembler et à ne pas savoir quoi faire de leur sujet.

Laisser un commentaire