Tant qu’il nous reste des fusils à pompe

Tant-qu-il-nous-reste-des-fusils-a-pompe

Tant qu’il nous reste des fusils à pompe (France, 2014), un film de Caroline Poggi et Jonathan Vinel avec Lucas Doméjean, Nicolas Mias et Naël Malassagne. Durée : 30mn. Produit par le G.R.E.C. et Lou Chicoteau.

Un court-métrage que j’attendais avec impatience après son passage à peu près partout où c’est possible : à la Berlinale (ours d’or du court-métrage), à Brive, à Pantin, au FIFIB, l’année prochaine aux Oscars… et puis ce mois-ci dans Court-circuit et en replay sur Arte+7. Le film est intriguant, mais aussi crispant sur la forme. L’histoire : un gamin se suicide sans qu’on sache pourquoi, quelque part dans une banlieue sans âme du sud de la France (Montauban). On suit son meilleur ami qui veut faire pareil, mais veut d’abord trouver une « tribu », une bande, à son petit frère pour qu’il ne reste pas complètement tout seul. Il tombe sur une bande de types qui portent tous le même blouson, ont des fusils à pompe (mais n’en font rien), et vont finir par l’intégrer après quelques épreuves. Le récit fait penser de loin au très bon Les Apaches sorti l’année dernière et qui se passe en Corse, à ceci près qu’ici les dialogues sont minimalistes voire absents. Sur la forme, le court métrage souffre d’une esthétique très « clip », parfois aussi proche de Gus Van Sant, avec des morceaux de classique à fond sur des scènes au ralenti, des plans fixes sur des scènes qui font tableau, une narration elliptique. Sur Vimeo on peut voir d’autres courts de Jonathan Vinel, notamment We et Play, qui annoncent celui-là. On y trouve les mêmes éléments, le suicide et l’ennui, et ce que Libération décrit pompeusement comme « une confusion heureuse d’archaïsme naïf et de signes d’ultracontemporanéité ». Il faudrait voir ce que pourrait donner ce genre de chose en long métrage, comment sont digérées les modèles que revendiquent les co-réalisateurs (notamment Dumont, et la « weird wave » grecque, terme dont je découvre l’existence via Accreds et qui inclut des films comme Canine).

Laisser un commentaire