Ton coeur au hasard

ton-coeur-au-hasard

Ton coeur au hasard (France, 2015), un film de Aude Léa Rapin avec Jonathan Couzinié, Julie Chevallier, Geneviève Aribaud et Maria-Jesus Diaz-Puebla. Durée : 38mn. Produit par Les films de la Croisade.

Télérama diffuse sur son site, à l’occasion du festival du court métrage de Clermont, quelques courts en accès libre. Les courts sont un format avec lequel j’ai un peu de mal, qu’il est facile de rater : soit en tombant dans l’écueil du clip, de l’historiette qui se suffit à elle-même avec un scénario quasi absent, soit au contraire en cherchant à contenir en germe un long-métrage potentiel. Ce que j’essaye d’en attendre maintenant c’est une ébauche de personnage, une caméra qui sait prendre son temps et des dialogues un peu travaillés.

Ton coeur au hasard est le premier de la série ; il ouvre une petite parenthèse dans la vie de Freddy, un jeune homme bègue qui « travaille dans le poulet ». Freddy vit dans un camion qu’il a aménagé en petit studio de fortune, dort sur des parkings, et un soir il fait la rencontre d’une jeune mère paumée qui va coucher avec lui un peu par pitié. La solitude du personnage le fait tomber immédiatement amoureux : le lendemain, après être passé chez sa (grand ?) mère avec qui il a un dialogue de sourd, il retourne sur un parking au bord de la plage pour se laver et passer un costume. Moment de galère quand il constate qu’il n’a plus d’eau et qu’il est couvert de savon ; un échange touchant s’en suit avec une dame espagnole qui passait par là et voulait faire boire ses chiens.

Deuxième court-métrage d’Aude Léa Rapin après La météo des plages (lui aussi passé à Clermont), Nino’s Place (un documentaire sur la Bosnie) et un premier long en cours d’achèvement (Made in France, sur le FN), Ton coeur au hasard est plutôt bien conçu, avec une vraie tendresse qui se dégage des échanges. Le parti pris de filmer un peu à l’arrache marche avec le sujet et donne un style aussi bancal que la psychologie du personnage, loser sympathique et rendu un peu inaccessible par son caractère de grand solitaire.

Laisser un commentaire