3/4

3/4 (Bulgarie, 2017), un film de Ilian Metev. Durée : 1h22.

Film passé à Locarno, bien réalisé mais le scénario est sans intérêt.

Metev raconte une chronique familiale en s’attachant à l’anti-spectaculaire, aux discussions banales… Mais en creux, rien ne se dessine. L’anti-spectaculaire tourne au coma mortel, les discussions banales sont en effet toutes plus banales les unes que les autres. Le long métrage ressemble à ces sinistres films de festival momifiés qui passent leur temps à jouer la montre et qui s’achèvent parce que le générique de fin en a décidé ainsi. On ne parle pas d’un cinéma lent, ni d’un cinéma contemplatif, ou d’un cinéma exigeant, mais bel et bien d’un cinéma qui s’étire en n’ayant que très peu de choses à raconter, comptant sur le spectateur pour imaginer un peu de matière. Le résultat est soporifique en diable, vaniteux à force de vacuité. Ce 3/4-là n’est pas la moitié d’un film. — Nicolas Bardot, Film de Culte