La Griffe du chien / Cartel

La Griffe du chien (Don Winslow, 2007), Cartel (2015), Points

Publié aux Etats-Unis en 2005, deux ans plus tard en France, La Griffe du chien, de Don Winslow (Fayard), fait partie de ces romans qui ont formé, peu à peu, une confrérie prosélyte. Entre lecteurs, cette Griffe vaut reconnaissance. A la complicité s’ajoute – ils le savent – un socle d’expériences communes. La Griffe du chien, de fait, marque. Et son empreinte est double, car en voici la suite inespérée, Cartel. Un polar, un roman noir, une œuvre qui connaîtra, à n’en pas douter, le même chemin dans le cœur des lecteurs. Un sillon rouge sang, avouons-le.

Autre aveu : Cartel est davantage qu’une suite, aussi fidèle et magistrale soit-elle. C’est un autre monde. Au Mexique, la guerre entre narcotrafiquants a pris une nouvelle dimension. Un pas, non, un saut dans l’horreur, a été franchi depuis la fin de La Griffe du chien, courant de 1970 à l’an 2000.

Certes, de l’hécatombe d’hier ont survécu les deux protagonistes ­principaux : le narcotrafiquant mexicain, Adan Barrera, et Art Keller, le flic de la Drug Enforcement Administration (DEA) – l’unité antidrogue aux Etats-Unis –, autrefois amis, aujourd’hui ennemis jurés. Tant d’autres apparaissent, d’un bout à l’autre de Cartel, tout aussi inoubliables : Paco, le journaliste intègre, Marisol, médecin dévouée aux pauvres, Chuy, l’enfant-soldat polytraumatisé, Magda, ex-reine de beauté et habile femme d’affaires qui s’impose dans le milieu très macho des narcos, Eddy Ruiz, jeune dealer texan, Ochoa, le parrain psychopathe, à la tête d’une bande de miliciens…

Par leurs destins liés, ils offrent un point de vue panoramique et forment un nœud gordien.

Macha Séry, Le Monde

Découvert au hasard d’une notification du Monde sur la sortie du tome 3, ces deux premiers tomes sont vraiment prenants. L’écriture de Winslow est très énergique, très documentaire aussi – il allonge des tonnes de statistiques, de lieux et de faits, pour la plupart inspirés de faits réels, et qui donnent le vertige sur l’ampleur du pouvoir acquis par les cartels au Mexique, dans leurs diverses formes au fil du temps, depuis les années 80 jusqu’à la présidence Obama – et bientôt celle de Trump avec le dernier tome.