L’humanité

L’humanité (France, 1999), un film de Bruno Dumont avec Emmanuel Schotte, Séverine Caneele et Philippe Tullier. Durée : 2h28. Sortie France : 27 octobre 1999. Produit par Arte France Cinéma.

Un deuxième Dumont pour finir la semaine, une humanité sans majuscule qui continue de creuser dans le sillon de La Vie de Jésus.

Le film débute là où se terminait La Vie de Jésus: un meurtre, un sexe lacéré en gros plan, le cadavre d’une enfant, la violence et la mort, absurdes, l’humanité au quotidien dans son abjection. Le lieutenant de police Pharaon de Winter commence son enquête. C’est un homme simple, à l’élocution incertaine, modestement vêtu. Après avoir perdu sa femme et son enfant dans un accident, il vit désormais chez sa mère; parfois, il sort le samedi soir, avec sa voisine Domino, et son amant Joseph, chauffeur du car scolaire. Alors Joseph roule trop vite avec sa voiture trafiquée pour se donner l’illusion d’être un homme, un vrai. Pharaon contemple Domino qui, un jour, s’offre à lui, maladroitement, comme on console un enfant malheureux. Pharaon se dérobe et épuise son corps disgracieux dans de longues randonnées solitaires à vélo. Il essaye de faire parler d’hypothétiques témoins avec une grande bonne volonté, mais sans succès. Domino et son amant s’accouplent avec frénésie et, il arrive parfois que Pharaon les contemple. Mais son œil est pur et tout son être empli d’empathie et de compassion pour les hommes et les animaux qu’il côtoie. Là est sa douleur, son “humanité”: les hommes sont médiocres, agressifs, cruels; ils meurent petit à petit, tous les jours, rongés par une vie qu’ils n’ont pas choisie, mais ils sont ainsi et, encore une fois, c’est le regard de Bruno Dumont/Pharaon qui nous les fait aimer.  — Joannick Desclercs, Film de Culte