Martha

Martha (Allemagne de l’Ouest, 1973), un film de Rainer Werner Fassbinder avec Karlheinz Böhm, Margit Carstensen et Peter Chatel. Durée : 1h56. Reprise France : 18 avril 2018. Produit par Pro-ject Filmproduktion et distribué par Carlotta.

Le film démarre sur un ton fleur bleue, puis peu à peu le malaise et le cauchemar saisissent Martha (Margit Carstensen) et les spectateurs avec elle. Martha devient l’esclave des vexations psychologiques et physiques infligées par son mari (Karl-Heinz Böhm). Elle est d’abord montrée en victime, mais, progressivement, à force de soumissions silencieuses chaque fois plus intolérables, face à la barbarie souriante de son époux, Fassbinder pose la question de la part de responsabilité de Martha dans sa détresse. […] Fassbinder avec ce portrait de femme signe un des films les plus durs de sa carrière. Poète maudit dont l’engagement et la puissance des oeuvres restent aujourd’hui trop peu reconnus, Fassbinder, avec Martha, fait aussi le portrait de l’Allemagne des années 70, avec ses restes et ses résurgences totalitaires. Des relents fascistes hélas encore d’actualité un peu partout.

Martha est encore aujourd’hui un film extrêmement violent par son atmosphère et ses thèmes, réaliste même au fond du cauchemar. Un film sans aucune musique d’accompagnement, imprégné de sons d’oiseaux, de croassements de crapauds et de chiens au loin, rappelant secrètement la condition de petit animal domestique qu’est devenue Martha. Fassbinder joue lui-même la perversité sadique contre son actrice, la filmant au plus près, dans ses moindres faiblesses, révélant sans cesse, dans des lents travellings réflexifs, la machinerie dictatoriale du cinéma lui-même.