Monika

Sommaren med Monika (Suède, 1953), un film de Ingmar Bergman avec Harriet Andersson, Lars Ekborg et John Harryson. Durée : 1h35. Reprise France : 26 septembre 2018. Produit par Svensk Filmindustri et distribué par Carlotta.

Jean-Luc Godard qui a le mieux saisi la singularité du Bergman de cette époque, écrit : “Un film d’Ingmar Bergman, c’est, si l’on veut, un vingt-quatrième de seconde qui se métamorphose et s’étire pendant une heure et demie. C’est le monde entre deux battements de paupières, la tristesse entre deux battements de coeur, la joie de vivre entre deux battements de mains.” Ou encore : “Il faut avoir vu “Monika” rien que pour ces extraordinaires minutes où Harriett Andersson, avant de recoucher avec un type qu’elle avait plaqué, regarde fixement la caméra, ses yeux rieurs embués de désarroi, prenant le spectateur à témoin du mépris qu’elle a d’elle-même d’opter involontairement pour l’enfer contre le ciel. C’est le plan le plus triste de l’histoire du cinéma.”

Ce plan de Monika, considéré à tort ou a raison comme le premier regard-caméra de l’histoire du cinéma, a en effet durablement impressionné les futurs metteurs en scène de la Nouvelle Vague, inaugurant ainsi une influence sur les cinéastes français qui ne s’est jamais démentie et qui traverse les générations successives passant par Jacques Doillon ou Philippe Garrel pour arriver jusqu’à Olivier Assayas ou Arnaud Desplechin. Pour Alain Bergala, ce regard est fondateur du regard de discrimination des spectateurs entre eux. A chaque spectateur, Monika demande personnellement : “soit tu restes avec moi, soit tu me condamnes et tu restes avec mon gentil mari”. Jusqu’à présent tout le monde adhérait au personnage de Monika : elle a pris toutes les initiatives alors que son compagnon est plutôt falot. Mais, cette fois-ci, elle veut quitter cet homme, petit bourgeois, gentil, travailleur et économe qui lui fait mener une vie qu’elle ne supporte pas plus que son ancienne condition de prolétaire. Elle n’aime pas son enfant. Elle décide de coucher avec le premier homme venu pour que la rupture soit définitive, qu’elle puisse quitter son mari et son enfant.

Chaque spectateur doit se décider et prendre un parti qui n’est pas celui de son voisin, de son ami ou de sa femme. Il ne s’agit pas d’une petite transgression mais d’une date fondatrice du cinéma moderne qui éprouve une phobie envers la direction du spectateur où tout le monde passerait en même temps par la même compréhension, la même émotion, où il n’y a pas de dysfonctionnement dans la gestion collective des spectateurs. Le plan est prémédité. La lumière du jour provenant de la vitre du café est rendue avec des projecteurs. Bergman éteint progressivement cette lumière du jour pour ne garder qu’un rapport d’intimité avec Monika. Bergman est à la limite de l’obscène : l’actrice fait une passe avec le spectateur”. — Jean-Luc Lacuve, Ciné Club de Caen