Roubaix, une lumière

Roubaix, une lumière (France, 2019), un film d’Arnaud Desplechin avec Roschdy Zem, Léa Seydoux et Sara Forestier. Durée : 1h59. Sortie France : 21 août 2019. Produit par Why Not Productions et distribué par Le Pacte.

Plutôt agréablement surpris par ce nouveau Desplechin, avec Roschdy Zem très bon en inspecteur bien ancré dans son territoire, même si flanqué d’un acolyte (Antoine Reinartz) apprenti inspecteur un peu too much qui lit Levinas sur son temps libre et fait des envolées lyriques en voix off. La plus grande surprise vient quand même du duo Seydoux-Forestier : la bande-annonce laissait présager le pire mais l’écriture des dialogues est assez intelligente, et le jeu naturellement cassant de Léa Seydoux va très bien à son personnage et à son jeu d’aller-retour avec celui, plus fragile, de Forestier. Desplechin ne cherche pas vraiment à faire un film policier, il assume de raconter autre chose et de rentrer dans un jeu méta avec ses acteurs et de leur faire porter ses obsessions personnelles (la religion notamment), le film s’en porte plutôt bien.