The Land Of The Dead

The Land Of The Dead (États-Unis, 2005), un film de George A. Romero avec Devon Bostick, Simon Baker et Asia Argento. Durée : 1h33. Sortie France : 10 aût 2005. Produit par Universal Pictures et distribué par Pan Européenne Edition.

Deux générations après l’historique Nuit des morts-vivants (1968), les zombies sortis des tombes et de l’imagination de George A. Romero marchent encore. Tête lourde, démarche gauche, denture négligée, ils envahissent le futur proche comme un vieux remords. Notre sentiment à l’égard de ces créatures est paradoxal : leur violence indistincte et vorace est passible de mitraillages en règle. Mais ils sont aussi les seuls vrais rebelles à la société de consommation repliée sur elle-même qui tient désormais l’humain en laisse. Ils ont donc notre sympathie. La simplicité du scénario n’est qu’une façade. Un mercenaire, pour se venger du surpuissant ­patron de la cité, braque des missiles sur la tour d’argent qui domine un no man’s land apocalyptique. Une équipe de « justes » est chargée de l’annihiler tandis que s’avance l’armée des zombies…

Romero déroule cette mécanique avec une lenteur calculée. Ainsi peut-on lire, ni à côté ni sous l’action mais dans ­l’action, les états de conscience de ces héros ordinaires. Asia Argento joue la fille de choc, Dennis Hopper se régale une fois de plus dans un rôle de superméchant. Pamphlet anti-Bush si l’on veut (« On ne négocie pas avec les terroristes »), Land of the dead s’inscrit dans la catégorie non officielle des films post-11 Septembre. Tout en redonnant vie et force à un genre qu’on pouvait croire six pieds sous terre. — François Gorin, Télérama